• Accueil
  • > Archives pour février 2011

22ème Congrès confédéral Force Ouvrière à Montpellier février 2011

Posté par foass77 le 23 février 2011

Montpellier, le 17 février 2011
22ème Congrès confédéral Force Ouvrière à Montpellier

Compte rendu des journées du lundi, mardi, mercredi.

Nous assistons actuellement au 22ème congrès confédéral à Montpellier.

C’est l’occasion pour les délégués FO de France et des DOM TOM de faire un constat des problèmes de tous les salariés des secteurs publics et privés.

Cette année pour la première fois, les diverses interventions ont mis en évidence la souffrance au travail dans toutes les professions confondues:

Un témoignage marquant vient d’un jeune intervenant d’une vingtaine d’années travaillant dans un centre d’appel de Téléperformance:

«Un salarié arrivant à 18 mois d’ancienneté est considéré comme un ancien, ceux qui arrivent à atteindre les 3 ans sont considérés comme morts car leur état de santé est tel qu’on ne compte plus les pleurs, les dépressions, les tentatives de suicide voire les suicides.»

Une autre intervention d’un camarade des DOM TOM concernant le non respect des textes et des accords signés par le gouvernement français.

Les Martiniquais et les Guadeloupéens avaient manifesté contre les prix élevés des produits de première nécessité (pain, carburant,…). Après avoir bloqué le pays ils avaient obtenu une compensation financière (RSA spécial de 200 € ) et le gouvernement français s’était engagé à avoir un rôle de régulateur sur le coût de la vie.

Aujourd’hui l’augmentation du coût de la vie est de 4%, 25000 jeunes sont dans l’incertitude du maintien de la compensation RSA au delà de 2011 contrairement aux engagements de l’Etat français.

Retour en France:

les jeunes expriment leur angoisse de l’avenir, ils en ont marre des CDD à répétition, de la précarité et des rémunérations qui les condamnent à rester des «Tanguy» malgré eux.

La RGPP connaissez-vous ???

la Révision Générale des Politiques Publiques consistent à tuer la Fonction Publique qui assure une égalité de services pour tous les citoyens afin de favoriser le transfert vers des services privatisés (que tout le monde ne pourra pas se payer), mettant en péril le fondement même de la République que nous connaissons.

La recette du gouvernement donc la RGPP consiste:

1° supprimer les fonctionnaires, les services, les postes,

2° mélanger les entités pour faire des économies (ex : ANPE et ASSEDIC = POLE-EMPLOI)

3° modifier les missions

4° désorganiser les services

5° multiplier les directives

6° instituer un climat SOVIETO-MEXICAIN (tout le monde surveille tout le monde et chacun espère que c’est l’autre qui va faire le travail.)

mélangez le tout et secouez, vous obtenez ce qui suit:

ETRE DESOLE DE NE PLUS POUVOIR ASSURER UN SERVICE PUBLIC DE QUALITE ET FAIRE APPEL A DES SOUS-TRAITANTS OU DES CONTRACTUELS NON TITULARISABLES.

Ouvrons les yeux, oui nous sommes tous impactés par la RGPP, pourquoi ?

A long terme, notre courrier ne sera plus distribué quotidiennement par manque d’effectif et de moyens.

Nos enfants n’auront plus la même qualité d’enseignement ni l’accès aux formations professionnelles qualifiantes par manque d’effectif et de moyens.

Nous n’avons plus la certitude, en cas d’accident ou de maladie d’avoir accès, à temps, à un service compétent de proximité (à mince j’ai accouché dans ma voiture!!!)

Qu’en sera t-il du délai de versement de nos prestations sociales et familiales ?

Grâce à cette fameuse RGPP, aujourd’hui, essayez d’obtenir une carte grise à la préfecture de votre département, ex le 91:

vous prenez une journée de RTT ou congés pour être présent à 7h30 (sauf le vendredi et durant les périodes de vacances scolaires) devant l’entrée de la préfecture pour avoir le fameux ticket numéroté qui vous permettra peut-être de passer à 11h30 au guichet (si votre dossier est complet)

ou alors si vous avez les moyens de payer entre 20 € à 50 € vous faites appel à des intermédiaires privés (ex NORAUTO et autres) et tout ceci malgré le coût exorbitant des cartes grises.

TOUT CELA POURRAIT NOUS DECOURAGER MAIS IL Y A UNE CHOSE QUI SUBSISTE

C’EST LA RAGE D’ETRE RECONNU POUR NOTRE TRAVAIL ET D’AVOIR DES CONDITIONS DE TRAVAIL ACCEPTABLES ET UNE REMUNERATION DIGNE.

NOUS TENONS A VOUS PRECISER CHERS ADHERENTS FO QUE NOUS SOMMES DE PLUS EN PLUS NOMBREUX A NOUS SYNDIQUER FO, CE QUI NOUS CONFORTE DANS NOTRE CHOIX DE LIBERTE ET D’INDEPENDANCE SYNDICALE.

INFOS DE DERNIERES MINUTES:

NOS CAMARADES FO IMA VIENNENT DE REMPORTER LES DERNIERES ELECTIONS AVEC 26,60 % DE VOIX DEVENANT AINSI LE PREMIER SYNDICAT DEVANT LA CGT ET LES AUTRES.

Congrés Montpellier suite

Jeudi : intervention de Jean Claude Mailly toujours clair et intéressant dans ses interventions.

Plusieurs sujets ont été abordés :

la crise profonde du capitalisme qui n’est pas terminée (ils n’ont jamais assez de réglementations libérales)

  • la répartition inégale des richesses (le PIB représente 2000 milliards d’euros. 10 % ont été détournés de la force de travail. C’est pourquoi FO n’hésite pas à demander systématiquement des augmentations de salaire ainsi l’argent récupéré n’ira pas au profit)
  • le non respect des normes fondamentales du travail et des libertés fondamentales.Le FMI, la banque centrale et la banque mondiale interviennent auprès des différents gouvernements pour opérer des purges sans vérifier si les libertés fondamentales soient respectées.
  • Le pacte de solidarité de croissance (7,7% de déficit. Les banques ont été renflouées par les fonds publics et maintenant on impose l’austérité salariale aux travailleurs)
  • La Tunisie, L’Egypte (l’augmentation des produits de 1ère nécessité, les jeunes diplomés sans travail, puis la recherche de liberté ont été déclencheurs de ses évènements)
  • la RGPP révision générale des politiques publiques. Le gouvernement avait déclaré que grâce aux amortisseurs sociaux, la France avait mieux traversé la crise et qu’il fallait préserver la fonction publique. Aujourd’hui, la politique de rigueur et d’austérité est mise en place pour faire des économies dans le budget public. On limite les dépenses publiques et sociales. (Un livre noir a été mis en place auprès de FO, permettant aux salariés d’indiquer les effets nocifs de la RGPP).
  • Les collectivités locales sont touchées, les départements sont amenés à disparaitre et avec eux les 2/3 de leurs salariés. 75 % des investissements publics sont réalisés par les collectivités locales.
  • Les marchés financiers dirigent les gouvernements. Il faut faire une politique industrielle avec des objectifs à moyens et longs termes, et celle du court terme des financiers. La France a encore des industries.
  • Il faut une imposition proportionnelle aux revenus pour diminuer les impôts indirects injustes (TVA)
  • La dépendance : elle n’a pas d’âge il n’y a pas que les séniors de concernés. C’est l’idée originelle de la Sécurité Sociale qui consiste à couvrir la population contre tous les risques de la vie.Elle doit être couverte par la Sécurité Sociale en 5e risque avec une nomenclature de fonctionnement (qualification, rémunération et condition de travail correctes)
  • La revendication sur la retraite à 37,5 ans n’est pas enterrée car le sujet va revenir rapidement. En effet l’aspect financier calculé par le gouvernement est une arnaque sachant qu’il n’est pas équilibré (il manque 15,4 milliards).
  • L’existence des conventions collectives et des conventions nationales pour la fonction publique est remise en cause. Nous sommes dans un système républicain : que l’on soit syndiqués ou non, on a droit à tous les accords signés. Ainsi nous sommes le seul pays au monde à avoir 90 % des salariés couverts par des conventions collectives et un statut. Aujourd’hui, le patronat veut des négociations au niveau de l’entreprise et celles-ci pourront être inférieures au code du Travail…
  • La loi sur la représentativité nous oblige à être en campagne électorale permanente et détourne ainsi le discours des syndicats (pour avoir des voix ont suit les courants des opinions au lieu de revendiquer même pour une minorité). Il est important de faire la distinction entre l’appareil syndical (de la CGT et de la CFDT qui a voulu cette Loi) et les adhérents.
  • Pour finir, la souffrance au travail est une très forte détérioration des conditions de travail. Il faut travailler sur l’organisation du travail ainsi il faut revendiquer contre les évaluations individuelles et faire une politique de présence (même si on est pas d’accord avec un projet, être là pour porter la revendication des syndiqués FO)

Il est très difficile de condenser l’intervention à laquelle nous avons assisté mais nous espérons vous avoir donné une vue d’ensemble.

Vous pouvez retrouver tout le congrès sur le site Force Ouvrière.

http://www.force-ouvriere.fr/page_principal/congres2011/

 

 

 

Publié dans ACTUALITE | Pas de Commentaire »

 

hors-micro |
Le blog de Lucas Destrem - ... |
joaniz |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Info33
| Le rouge et le noir
| nassimok